Hôtel de ville

Hôtel de ville - 543 Chemin de la Côte-Sainte-Catherine

Érigé en 1817, cet hôtel de ville est le plus vieux bâtiment existant encore à Outremont. Avant d’être le siège de la mairie, le terrain changea de mains plusieurs fois.  Il subit également 2 fois des agrandissements au 20e siècle pour accommoder les besoins grandissants de la ville.

1694 Jean-Baptiste Tessier dit Lavigne obtient une censive englobant l’emplacement actuel de la mairie.

1707 Pierre Bardet dit Lapierre acquiert ce terrain.

1729 8 décembre, à la mort de son père, François-Marie Bardet hérite du terrain.

1782 27 mars, achat de la succession Bardet par Charles Leboeuf dit Latulippe, maître-cordonnier du faubourg Saint-Laurent.

1804 28 mars, achat par John Clarke, maître-boucher du faubourg Saint-Laurent.

1810 13 mars, achat par Thomas Noxon.

Hôtel de ville
Photo de l'hôtel de ville publiée dans le journal La Patrie le 11 avril 1940

1814 15 septembre, achat par Stanley Bagg.

1828 8 juin, achat par Peter Warren Dease, marchand de fourrures et explorateur canadien de l’Arctique.

1851 21 mai, donation à Amelia et à Matilda Dease par leurs parents.

1868 6 mai, achat par John Brooke.

1882 7 novembre, achat de la succession Brooke par la commission scolaire d’Outremont.

1893 14 avril, achat par la Corporation du Village d’Outremont au prix de 2 000$.

Stanley-Bagg
Portrait de Stanley Bagg venant du site familial de la famille Bagg

On sait qu’en 1782, lors de la vente du terrain par les héritiers de la succession Bardet, il existait déjà une maison en bois sur ce terrain. En 1817, soit trois ans après cet achat et la pétition signée en faveur de l’amélioration de la Côte Sainte-Catherine, Stanley Bagg transforme la maison en une demeure qu’il habitera avec des membres de sa famille, dont son frère Abner, son associé dans de nombreuses autres entreprises. Les frères Stanley et Abner Bagg sont des industriels résidant à Montréal mais originaires du Massachusett. On rencontre le nom de Stanley Bagg au cœur d’un quatuor d’industriels ayant financé le creusement du canal de Lachine. Celui qu’on nommait « Canal Royal du Canada » a été construit du 7 juillet 1821 jusqu’au mois d’août 1824.

Le 21 avril 1817, le maître-maçon Joseph Lepage s’engage auprès d’Abner Bagg à réaliser les travaux souhaités par sa famille. Dans la description de l’acte notarié conclu devant le notaire Thomas Barron on peut lire: « Joseph Lepage (maître maçon, du Sault-des-Récollets) à faire pour Abner Bagg (marchand, de Montréal) la maçonnerie d’une allonge et divers travaux de maçonnerie à sa maison, Côte-Sainte-Catherine».

Hôtel de ville 2
Carte postale de l'hôtel de ville vers 1910 d'un don de Stanley G. Triggs. Elle est conservée sur le site du Musée McCord Stewart

Le 8 juin 1826, le célèbre explorateur américain, Peter Warren Dease, achète la maison des frères Bagg. Né en 1788 à Mackinac (Michigan), dans un univers de trappeurs professionnels, il adopte le mode d’existence des plus fougueux coureurs des bois du XIXe siècle. Il travaille pour le compte des grandes entreprises commerciales dont la célèbre Compagnie de la Baie d’Hudson qui embauche ce voyageur intrépide pour diriger l’exploration du nord de l’Amérique jusqu’aux côtes de l’Alaska, à la recherche du passage du Nord-Ouest.

En 1840-1841, sa vue étant altérée, il séjourne en Angleterre pour y être soigné. Il en revient enrichi d’une rente qui lui est consentie par la reine Victoria. Il installe sa famille dans la demeure du village de la Côte Sainte-Catherine, qu’il a nommée “Warren House”. En 1851, il procède à une donation “entre vifs, pure et simple” transférant à ses filles Amalia et Mathilda la propriété de la maison. L’explorateur internationalement connu s’y éteint, le 17 janvier 1863, laissant derrière lui le souvenir d’un héros. Sa nombreuse famille aurait continué d’habiter la demeure que Dease avait nommée “Warren House”, jusqu’à ce qu’elle soit vendue.

Peter Warren Dease
Peter Warren Dease, debout, présente un rapport aux membres du conseil d’administration de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Source inconnue

Après son acquisition par le village d’Outremont, en 1893, elle a subi deux autres agrandissements. En 1919, une première rallonge en bois de 37 pieds par 34 pieds lui est ajoutée. Neuf ans plus tard, Outremont confie à l’architecte outremontais Aristide Beaugrand-Champagne, la direction des travaux de construction d’une seconde rallonge de 37 pieds par 21 pieds. Il ne reste désormais que trois des quatre murs originaux. C’est lui qui transforma l’apparence de l’hôtel de ville en la recouvrant d’un crépi blanc, sa signature originale dans Outremont.

Au 530 de l’avenue Davaar, une église presbytérienne construite en 1910, et inoccupée, est achetée par la ville en 1963, afin d’agrandir l’hôtel de ville en y aménageant la salle du conseil. On y accède en empruntant un passage couvert d’environ 90 pieds de longueur. Sur cette même avenue, au numéro 544, on peut voir le John Patterson Hall, érigé en 1923 pour servir de salle communautaire pour l’église. Vendu également à Outremont en 1963, il hébergea la Bibliothèque municipale de 1965 à 1998 puis les Archives d’Outremont de 2000 à 2007. Divers services municipaux l’ont ensuite occupé. Il est vacant depuis 2020.

Hôtel de ville réno
Photo de l'hôtel de ville en construction le 23 mai 1938 prise par Conrad Poirier. Elle est conservée sur le site de la BANQ numérique

Depuis 2002 et l’annexion de la ville d’Outremont à la ville de Montréal, cette superbe demeure est devenue le siège administratif de l’arrondissement qu’est devenu l’ancienne ville d’Outremont. L’inscription Hôtel de Ville est toujours visible sur sa façade.

Nombre de visites: 13

Commentaires?